L’association

INSERPRO est née le 26 septembre 1981 au journal officiel sous l’impulsion d’un petit groupe de personnes qui étaient soucieuses de plus de justice sociale. Dans le cadre dynamique de la ville nouvelle naissante de Saint Quentin en Yvelines, cette équipe a mis en œuvre, en avance sur son temps, le concept d’entreprise sociale et solidaire (ESS). L’idée était de permettre à des personnes en chômage de longue durée de retrouver un emploi stable par la formation et l’activité économique (IAE).

Dans cet esprit, depuis plus de 30 ans, l’association a créé différents ateliers tels que retouches de vêtements ou mécanique automobile.

L’atelier des espaces verts, un des plus anciens, a toujours été très vivant et, de ce fait, il a acquis une solide implantation locale. Au fil des années, reconnue par sa qualité ainsi que par ses valeurs éthiques et sociétales, INSERPRO est devenue une entreprise à part entière, faisant jeu égal avec ses concurrentes du secteur du paysage.

Aujourd’hui encore, INSERPRO embauche, avec des contrats de droit commun, des personnes en difficulté sociale et professionnelle dans un parcours contractuel qui est articulé autour de valeurs fortes, l’assiduité et le développement des compétences. Il s’agit d’une opportunité pour ces salariés qui leur permet d’amorcer un changement et une évolution de leur mode de vie. C’est une reconnexion durable avec le monde du travail.

Nos clients particuliers, de même que les Maîtres d’Ouvrage des collectivités, prennent contact avec INSERPRO pour la réalisation d’un service d’entretien ou pour l’aménagement d’espaces paysagers, la réalisation d’une clôture ou encore l’aménagement d’un espace minéral. En nous faisant confiance, ils prennent part de manière concrète à la promotion de l’économie sociale et solidaire et favorisent l’activité locale et l’insertion professionnelle.

Avec un encadrement fortement qualifié et compétent, INSERPRO doit continuer à évoluer pour suivre les changements et les exigences du secteur du paysage. Sa structure associative est parfois un frein pour que son professionnalisme soit reconnu par les donneurs d’ordres ; pour cette raison, le Conseil d’Administration réfléchit sur une possible évolution de sa structure, notamment en coopérative.